La centrale hydroélectrique Khorog I, au Tadjikistan. Depuis 2002, Pamir Energy a remis en état de marche 11 m...

AKDN / Christopher Wilton-Steer

Le bureau de la Pamirs Eco-Cultural Tourism Association (PECTA) à Khorog. Avec le soutien de l'AKF, la PECTA a...

AKDN / Christopher Wilton-Steer

Le pont transfrontalier de Vanj, au Tadjikistan. Il s'ajoute à trois autres ponts à Darwaz, Tem et Ishkashim d...

AKDN / Christopher Wilton-Steer

« Accelerate prosperity » (Accélérer la prospérité), un partenariat entre l'AKF et l'AKFED, est un incubateur ...

AKDN / Christopher Wilton-Steer

languageSwitcherCette page est également disponible en

TADJIKISTAN | DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

96 %

Pamir Energy fournit de l’énergie à environ 96 % de la population de la région autonome du Haut-Badakhchan et dispose d’un programme d’aide pour les plus démunis

Pamir Energy a mis sur pied plus de 30 projets et complètement réhabilité 11 centrales hydroélectriques qui totalisent un peu plus de 44 MW en puissance installée. Son succès est la preuve que les petites centrales hydroélectriques peuvent fournir une énergie fiable, propre et à un coût abordable en continu et sur le long terme.

AKDN / Christopher Wilton-Steer

Présentation

En 2002, nous avons lancé l’entreprise Indigo Tajikistan (depuis renommée TCell) avec nos partenaires. Aujourd’hui, TCell est le plus grand opérateur mobile du Tadjikistan et compte 38 % de la part de marché. TCell fournit une couverture mobile à plus de 90 % de la population tadjike et a établi des normes élevées pour les entreprises de télécommunications du pays en matière de service client et de pratiques commerciales.


Dans le secteur touristique, nous exploitons actuellement une auberge Serena à Khorog et l’hôtel Serena de Douchanbé, un hôtel cinq étoiles de plus de 100 chambres qui a ouvert ses portes en 2011. Ces établissements contribuent à faire du Tadjikistan une destination plus en vue, ce qui se traduit en fin de chaîne par un meilleur développement économique et une amélioration des moyens de subsistance.


La centrale hydroélectrique de Pamir Energy à Murghab - cette nouvelle centrale a été mise en service en 2018 pour desservir les communautés isolées vivant à Murghab et ses environs.

AKDN / Christopher Wilton-Steer

Pamir Energy

Après la chute de l’Union soviétique en 1991, le Tadjikistan a été en proie à une guerre civile de cinq ans qui a laissé l’infrastructure électrique du pays en piteux état. La région autonome du Haut-Badakhchan (GBAO) a été l’une des plus touchées du pays. En effet, le développement économique et humain y était totalement asphyxié pendant les rudes mois hivernaux à cause du manque d’électricité (et en conséquence la difficulté de chauffer les habitations) et de la fermeture des écoles, des centres de santé et des entreprises qui en a résulté.


Bon nombre des 227 000 habitants de la région devaient donc utiliser le bois pour se chauffer et pour cuisiner durant l’hiver, ce qui a entraîné l’abattement de 70 % des forêts de la région en l’espace d’une décennie et une importante augmentation des troubles respiratoires causés par l’inhalation de fumée. Pour faire face à cette situation, et en partenariat avec la Société financière internationale (IFC), l’AKFED a créé Pamir Energy en 2002.


Dans le cadre d’un accord de partenariat public-privé signé avec le gouvernement du Tadjikistan, la société est responsable de l’exploitation de toutes les infrastructures de production, de transmission et de distribution d’électricité de la région pour une période de concession de 25 ans. Depuis 2002, Pamir Energy a investi plus de 200 millions de dollars dans la réhabilitation de l’infrastructure électrique, dans l’augmentation de la capacité hydroélectrique et dans la mise en place d’un système de comptage dans la région.


Incidence


L’énergie renouvelable produite par les centrales de Pamir Energy a permis de réduire la combustion de bois et l’utilisation de générateurs diesel polluants. Depuis sa création, environ 96 % de la population du GBAO a obtenu un accès à l’électricité. La mise en place de subventions tarifaires permet même aux ménages les plus pauvres d’accéder à l’électricité durant l’hiver.


Pamir Energy exporte les excédents de production des centrales de l’est du Tadjikistan en Afghanistan, ce qui a permis à 5 % de la population de la province du Badakhchan afghan (environ 50 000 personnes et plus de 200 entités gouvernementales et commerciales) de recevoir de l’électricité pour la première fois.


La société continue en outre d’être source de revenus et de développement des compétences pour les habitants du pays, alors qu’elle emploie plus de 750 personnes et propose entre 300 et 400 contrats de sous-traitance par an. En 2017, Pamir Energy a reçu le prestigieux Prix Ashden d’excellence dans la catégorie énergie durable pour l’électrification de régions rurales.


TCell fournit désormais une couverture mobile à plus de 90 % de la population tadjike, ce qui a permis de relancer le développement économique et social du pays, notamment dans les zones rurales.

Tcell

Tcell

À la fin des années 1990, une seule entreprise proposait des services de téléphonie mobile au Tadjikistan. Ses services se limitaient à certaines zones urbaines, et les habitants devaient dépenser environ 1 000 dollars pour avoir un téléphone. Le système national de téléphonie fixe offrait des services vocaux de piètre qualité et limitait les appels longue distance.


En 2001, l’AKFED s’est associé à MCT pour créer la société de téléphonie mobile Indigo Tajikistan. Désormais renommée TCell, la société compte actuellement plus de trois millions de clients. La participation de MCT dans Indigo et Somoncom a été rachetée par Telia, l’un des plus grands opérateurs de téléphonie mobile d’Europe et d’Asie centrale.


Par l’intermédiaire d’investissements comme TCell, l’AKFED souhaite développer les perspectives d’emploi dans les segments les plus qualifiés de l’économie tadjike et renforcer les capacités de gestion nationales. Tous les employés de TCell, à savoir plus de 500, sont des ressortissants tadjiks. Adoptant la philosophie de l’AKFED, TCell a ainsi pour but d’encourager plutôt que de décourager les opérateurs mobiles concurrents et d’étendre la couverture des télécommunications dans les régions rurales du Tadjikistan, même si elles ne sont pas rentables sur le court terme.


Incidence


TCell fut le premier opérateur mobile du Tadjikistan à offrir une couverture téléphonique dans les régions reculées de montagne du pays et le premier d’Asie centrale à lancer les réseaux 3G, 4G et, depuis peu, 5G. L’entreprise fournit désormais des services à plus de 90 % de la population tadjike, une activité qui stimule tout particulièrement l’économie dans les zones rurales.


Elle a également lancé sa propre application, qui permet aux utilisateurs de communiquer gratuitement avec des clients en Russie afin de répondre aux besoins de l’importante proportion de travailleurs expatriés. Cette nouvelle plateforme de communication aidera d’autres développeurs de services à exploiter de nouvelles perspectives.


TCell travaille activement au développement de l’économie numérique par l’intermédiaire de plusieurs projets, dont :



  • le porte-monnaie numérique TezSum ;

  • un contrat direct avec la Sberbank de la Fédération russe pour accepter les paiements sans frais ; et

  • une collaboration avec la Première Banque de Microfinance, Tadjikistan (FMFB-T) pour la réception directe des virements sur cartes.


TCell est une entreprise certifiée ISO 9001:2015, ISO 45001:2018 et ISO 14001:2015. Engagée à améliorer la qualité de vie dans le pays, le gouvernement national l’a élue pendant trois années consécutives parmi les meilleurs contribuables du pays. Ses projets sociaux améliorent l’éducation, encouragent l’adoption de modes de vie plus sains, stimulent l’entrepreneuriat social et aident les personnes en difficulté.


Paysage autour de Bulunkul.

AKDN / Christopher Wilton-Steer

Développement du tourisme

Les Tourism Promotion Services (TPS) sont une filiale de l’AKFED dont le but est de développer le potentiel touristique de régions mal desservies comme le Tadjikistan. Les TPS agissent de manière respectueuse et solidaire de l’environnement naturel et de la culture des populations locales avec lesquelles ils interagissent. Ils exploitent un hôtel à Douchanbé et une auberge à Khorog.


Dans l’objectif de contribuer au renforcement de l’écosystème touristique au Tadjikistan, l’AKF soutient la Pamir Eco-Cultural Tourism Association (PECTA) afin d’aider les prestataires à fournir des services de qualité aux touristes et s’efforce de présenter le pays comme une destination de choix sur les marchés étrangers. Le travail de la PECTA au sein du Conseil consultatif sur l’amélioration du climat d’investissement placé sous l’égide du Président du Tadjikistan a contribué à l’approbation des visas touristiques pour entrées multiples, après de longues négociations et consultations avec le gouvernement.


Grâce au travail influent de la PECTA, les montagnes du Pamir ont été classées parmi les « 100 destinations durables à travers le monde » par l’organisation Green Destinations. Ses efforts pour promouvoir un tourisme responsable dans une région de charme ont également abouti au classement des montagnes du Pamir à la troisième place parmi les meilleures destinations dans la catégorie « Asie-Pacifique ». Les montagnes du Pamir sont apparues quatre fois parmi les « 100 destinations durables » et deux fois parmi les meilleures destinations dans la catégorie « Asie-Pacifique ». Ce sont les efforts et les contributions de l’association en faveur du développement et de la promotion du tourisme qui ont permis l’obtention de prix aussi prestigieux et ouvert la voie au développement d’un tourisme durable dans la région.


À Khorog, au Tadjikistan, Nigina Vatanbekova (troisième en partant de la gauche) est propriétaire d’une pharmacie qui vend plus de 20 types de plantes médicinales produites par son entreprise. Grâce à l’investissement de l’initiative Accelerate Prosperity, elle a acheté les équipements nécessaires pour son entreprise, qui emploie désormais 16 personnes.

AKDN / Christopher Wilton-Steer

Développement des entreprises et compétences professionnelles

Les initiatives de développement de la chaîne de valeur menées par la Fondation Aga Khan permettent de diversifier les activités économiques et de renforcer la productivité et l’intégration aux marchés pour des milliers de petits producteurs et petites entreprises. L’AKF participe à l’initiative Accelerate Prosperity du Réseau Aga Khan de développement (AKDN), dans le cadre de laquelle elle apporte aux bénéficiaires des compétences techniques, des solutions de financement et des possibilités d’intégration sur le marché. Ce travail favorise l’entrepreneuriat, en particulier chez les femmes et les jeunes, ainsi que la croissance des start-up et des entreprises en phase de démarrage.


Les futurs entrepreneurs se voient offrir de nouvelles perspectives grâce à la collaboration entre le programme et l’École de formation professionnelle et continue (SPCE) de l’Université d’Asie centrale (UCA). Les diplômés de l’école peuvent ainsi se mettre en relation avec des professionnels qui les accompagneront et accéder plus facilement à des capitaux de démarrage. En parallèle, la construction d’infrastructures transfrontalières (ponts, routes et marchés) contribue à la mise en place de fondations pour une coopération et des échanges transfrontaliers à long terme avec l’Afghanistan, libérant ainsi le potentiel économique des régions frontalières avec le pays.


Nous travaillons avec plusieurs écoles locales pour mettre en œuvre des interventions ciblant les 15-18 ans. Les formations proposées sont notamment centrées sur l’entrepreneuriat afin d’encourager le lancement d’entreprises individuelles et la création de nouveaux emplois. Plus de 13 000 emplois saisonniers et permanents ont été créés grâce à l’accroissement des possibilités économiques et d’investissement pour la main-d’œuvre tadjike.


Dans le cadre de ce travail, l’AKF forge des coalitions afin d’améliorer le recrutement des jeunes, la qualité des formations proposées au sein des entreprises, les stages et les stratégies de maintien en poste et de développement de carrière.


L’agence de Murghab de la Première Banque de Microfinance, Tadjikistan.

AKDN / Christopher Wilton-Steer

Services financiers

Constituée en 2003, la FMFB-T était la première banque commerciale du pays à travailler principalement dans l’offre de microcrédits. Forte de sa vaste expérience dans le secteur de la microfinance, la banque a depuis élargi sa gamme de services pour mieux répondre aux différents besoins financiers des entités physiques et morales. Elle compte aujourd’hui plus de 40 agences dans le pays.


À l’origine, la FMFB-T a été créée pour consolider les opérations de toutes les précédentes institutions de microfinance gérées par d’autres agences de développement de l’AKDN dans le pays, comme le Dispositif de soutien aux entreprises (ESF) et le Programme de soutien au développement des communautés des régions de montagne (MSDSP).


Un groupe d’épargne communautaire soutenu par la Fondation Aga Khan par l’intermédiaire du programme ESCoMIAD, financé par l’Agence des États-Unis pour le développement international.

AKDN / Christopher Wilton-Steer

Inclusion financière

L’AKF s’efforce d’autonomiser les communautés auprès desquelles elle travaille par la constitution de groupes d’épargne communautaires (CBSG). Les CBSG se révèlent très populaires, notamment auprès des femmes, et constituent des plateformes sûres et pratiques au travers desquelles il est plus simple d’économiser pour les situations d’urgence ou pour investir.


Ces groupes sont appuyés par Rushdi Kuhiston, une organisation de microcrédit communautaire. Rushdi Kuhiston fournit des fonds pour investir dans l’agriculture, les entreprises non agricoles et pour des besoins de consommation et de création de start-up à des emprunteurs issus de régions rurales et reculées où les capitaux de prêts commerciaux ne sont pas disponibles et où les investissements sont trop conséquents pour les CBSG. Depuis 2016, plus de 46 millions de somonis (4 millions de dollars) ont été débloqués sous la forme de prêts de microfinance à plus de 7 000 personnes, dont plus de 2 000 femmes et 2 500 jeunes.


Pont transfrontalier de Shurabad, Tadjikistan.

AKDN / Christopher Wilton-Steer

Infrastructures physiques de production

Dans la zone d’action du Programme de soutien au développement des communautés des régions de montagne de l’AKF, l’amélioration des indicateurs socioéconomiques dépend souvent des infrastructures en place. Pourtant, les communautés isolées peuvent tirer de grands avantages d’un meilleur accès aux marchés et aux services sociaux.


Depuis 2017, l’AKF a construit des infrastructures communautaires, dont des petits ponts, des routes locales, des écoles et des dispensaires à l’échelle des villages et des systèmes d’approvisionnement en eau potable dans les petits villages, principalement grâce au financement de la Direction du développement et de la coopération de Suisse (DDC), de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA), de la Commission européenne (CE) et de la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ - Agence allemande de coopération internationale pour le développement). Au total, 108 000 personnes (dont 17 000 dans le GBAO) ont bénéficié de ce travail. Le MSDSP a également pris part à des projets de stabilisation des berges de rivières qui, depuis 2012, ont permis d’augmenter la superficie des terres arables protégées de 2 500 hectares.


Un financement pour étendre des services similaires à 142 000 personnes de plus entre 2021 et 2023 est déjà assuré.