Pamir Energy a mis sur pied plus de 30 projets, complètement réhabilité 11 centrales hydroélectriques qui tota...

AKDN / Christopher Wilton-Steer

languageSwitcherCette page est également disponible en

Frigoken, une société projet du Réseau Aga Khan de développement (AKDN), est le plus grand exportateur de haricots verts transformés du Kenya et s’efforce d’offrir un avenir meilleur aux petits agriculteurs du pays. La société emploie plus de 3 000 personnes, dont la plupart sont des femmes.

AKDN / Lucas Cuervo Moura

Infrastructure


Énergie


Dans le secteur énergétique, l’AKFED a réalisé son premier investissement (mené par les IPS) en 1999 en Côte d’Ivoire, dans le cadre du projet Azito Energie, pour un montant de 225 millions de dollars. Au moment de sa construction, il s’agissait de la plus grande centrale électrique du secteur privé en Afrique subsaharienne. Actuellement, la centrale répond à elle seule à 30 % des besoins en électricité de la Côte d’Ivoire.


En matière d’électrification, notre vision à long terme est de renforcer notre empreinte régionale en Asie centrale afin de desservir les régions les plus reculées à l’aide de solutions basées sur les énergies renouvelables. En 2002, nous avons créé la société Pamir Energy après avoir signé un accord de concession de 25 ans avec le gouvernement du Tadjikistan pour l’exploitation de toutes les infrastructures de production, de transport et de distribution d’énergie de la région autonome du Haut-Badakhchan (GBAO).


À ce jour, Pamir Energy a investi plus de 200 millions de dollars et largement amélioré le taux de couverture du réseau électrique dans la région, qui est passé de 18 % à 96 %. La région devrait atteindre un taux d’électrification de 100 % d’ici 2023. Pour tout complément d’information sur Pamir Energy, veuillez cliquer sur ce lien.


Pamir Energy a également participé à l’installation de réseaux de distribution dans les districts frontaliers du nord de l’Afghanistan. Grâce à ce travail, 50 000 habitants de cette région accèdent désormais à l’électricité. Au travers de ce projet, l’AKFED a eu l’occasion de reproduire le modèle de l’entreprise dans d’autres zones d’Asie centrale, notamment en Afghanistan. En 2019, la Badakhshon Energy Company (BEC) a été créée dans le cadre d’un partenariat public-privé. Son objectif est d’investir plus de 600 millions de dollars dans la construction d’infrastructures d’approvisionnement en énergie renouvelable et de fournir de l’électricité à environ 500 000 personnes au cours des 10 prochaines années.


La centrale hydroélectrique de Bujagali, d'une valeur de 900 millions de dollars et située sur le Nil, fait partie des investissements principaux des IPS dans les infrastructures en Afrique de l'Est. Cette centrale au fil de l'eau réutilise l'eau déjà utilisée pour la production énergétique en amont. D'une capacité de 250 MW, la centrale hydroélectrique de Bujagali, qui est sans doute la plus grande du secteur privé en Afrique subsaharienne, a été achevée à la mi-2012. Sa construction a permis d’augmenter la capacité effective de production de l'Ouganda d'environ 50 % et de remédier aux longues pannes d'électricité qui entravaient l'économie du pays depuis de nombreuses années.


Télécommunications


Notre première intervention dans le renforcement de l’infrastructure des télécommunications s’est faite avec la société Indigo, qui a depuis été rebaptisée « Tcell », un opérateur de téléphonie mobile GSM au Tadjikistan. En Afghanistan, l’AKFED jugeait la mise en place d’une infrastructure de communication extrêmement importante pour le bon développement du pays. Nous avons ainsi obtenu la deuxième licence de téléphonie mobile GSM du pays et avons formé l’entreprise Roshan. Ensemble, ces deux entreprises ont investi 1,2 milliard de dollars dans les infrastructures et ont versé 1,1 milliard de dollars d’impôts. Elles comptent une base de huit millions d’abonnés actifs et emploient directement plus de 1 000 personnes et indirectement 40 000 personnes.


Alors qu’elles sont actuellement au premier plan du domaine des communications mobiles, elles opèrent à une transition vers un modèle de solutions numériques davantage axées sur les données. Elles investissent en parallèle dans la fibre optique et la technologie 4G pour répondre à la forte croissance de la demande dans la région.


Par l'intermédiaire des IPS, l'AKFED a également investi dans SEACOM, le premier opérateur de câbles sous-marins à installer des réseaux de câbles à fibre optique reliant l'Afrique à l'Inde, au Moyen-Orient et à l'Europe. Depuis, la société a ardemment contribué à faire évoluer le paysage des technologies de l'information et des communications en Afrique, notamment en augmentant de manière significative la disponibilité de la bande passante internationale à des coûts beaucoup plus bas. La société SEACOM est financée par le secteur privé et appartient à plus des trois quarts à des parties prenantes africaines.