Parc Al-Azhar, Le Caire, Égypte.

AKDN / Gary Otte

Salle de prière de la mosquée Altinbugha al-Maridani, vue sud. On aperçoit les mosaïques en marbre qui ornent ...

AKTC / Adrien Buchet

Au Caire, en Égypte, l’important projet de restauration du complexe de la mosquée Khayrbek intégrait également...

AKDN / Adrien Buchet

Mosquée de l'émir Aqsunqur Al-Nassery, aussi connue sous l'appellation « mosquée bleue » (1347), Darb Al-Ahmar...

AKDN / Matjaz Kacicnik

Complexe de la mosquée Khayrbek. Photographie du mausolée après restauration. Situé à côté de la porte sud du ...

AKDN / Adrien Buchet

languageSwitcherCette page est également disponible en

Égypte | Développement culturel

2 millions

Le parc Al-Azhar, qui était autrefois une décharge publique, accueille près de deux millions de visiteurs par an

Le parc Al-Azhar est le résultat de la transformation d'une décharge vieille de 500 ans en l’un des plus grands espaces verts du Caire. Il comprend une zone de jardins classiques, une artère principale bordée de palmiers et des canaux d’eau.

AKDN / Christian Richters

Programme en faveur des villes historiques

Avec près de deux millions de visiteurs par an, le parc Al-Azhar, d'une valeur de 30 millions de dollars (don de Son Altesse l'Aga Khan à la ville du Caire), engendre un capital suffisant pour son propre entretien (grâce aux recettes des entrées et des restaurants), mais est aussi un puissant catalyseur de la rénovation urbaine dans le district adjacent de Darb Al-Ahmar.


Lors des travaux de nivellement réalisés sur le site du futur parc, la majeure partie de ce qu’il restait du mur ayyoubide a émergé après avoir passé plusieurs siècles sous les débris. L’AKTC a par la suite entrepris des travaux de conservation sur la structure et a sollicité l’aide d’artisans locaux pour former les ouvriers.


Dans le quartier voisin et relativement pauvre d’al-Darb al-Ahmar, le Trust a mené plusieurs projets sociaux : formation professionnelle, réhabilitation de logements, amélioration des rues et des espaces ouverts, mise en place de programmes de microcrédit et construction d’infrastructures de santé. Plusieurs sites et monuments importants du quartier ont également été restaurés, et un itinéraire touristique a récemment été créé.


En savoir plus sur le travail du Programme en faveur des villes historiques de l’AKTC au Caire.


Le Kronos Quartet en concert, Le Caire, Égypte.

AKDN / Zoran Orlic

Programme Aga Khan pour la musique

La Maison des Arts et de la Culture (DAR) est une entité administrative créée par le Programme Aga Khan pour la musique pour la gestion de ses projets en Égypte. L’AKMP bénéficie du soutien de donateurs, dont la Direction du développement et de la coopération de Suisse (DDC) ainsi que de collaborateurs comme la Fondation Aga Khan (AKF) et la Fondation Om Habibeh.


Les projets de la DAR visent à former les jeunes Égyptiens dans des disciplines artistiques professionnalisantes pour, qu’à terme, ils puissent travailler dans le secteur des arts du spectacle. Pour les jeunes, les arts constituent une occasion d’explorer, de se développer et de conserver un lien avec leur patrimoine culturel, tout en ouvrant la voie vers un avenir prometteur. En parallèle, la DAR sensibilise son public aux valeurs des arts et au rôle qu'ils jouent dans le développement communautaire et économique.


L'école des arts d'Al-Darb Al-Ahmar a été créée en 2011. Elle propose une approche professionnelle de la formation artistique aux jeunes de 10 à 18 ans, qui peuvent y suivre des cours d'accordéon, de clarinette, de batterie, de oud, de percussions, de trombone et de trompette.


Le Aswan Music Project (Projet musical d’Assouan) a été créé en 2018. Il propose aux jeunes jusqu'à 25 ans des cours gratuits de musique traditionnelle assouanaise, mais aussi d'autres régions d’Égypte et du monde arabe. Les étudiants peuvent ainsi suivre des cours de oud, de percussions et de tanbûr, ainsi que d'instruments à vent en bois traditionnels comme le ney, le kawala et l'arghoul.


L'école des arts d'Al-Darb Al-Ahmar et le Aswan Music Project jouissent de l'engagement actif des communautés à qui ils sont destinés. Certains étudiants et diplômés ont actuellement l'occasion de jouer dans des ensembles de la DAR dans le cadre d'initiatives culturelles, de concerts privés et de festivals internationaux.


En savoir plus sur le Programme Aga Khan pour la musique