Accelerate prosperity, une initiative mondiale en Asie centrale et en Asie du sud, encourage l'esprit d'entre...

AKDN / Christopher Wilton-Steer

Accelerate prosperity, un partenariat entre l’AKF et l’AKFED, est un incubateur pour la création d’entreprise...

AKDN / Christopher Wilton-Steer

Des artisanes de Naryn, en République kirghize, produisent des mules traditionnelles et d’autres textiles. Les...

AKDN / Christopher Wilton-Steer

Après avoir suivi une formation professionnelle et reçu une subvention d’amorçage grâce à l’initiative « Youth...

AKDN / Christopher Wilton-Steer

languageSwitcherCette page est également disponible en

RÉPUBLIQUE KIRGHIZE | DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

324 000

La Kyrgyz Investment and Credit Bank compte plus de 324 000 clients

Actuellement, la KICB offre ses services à plus de 415 000 clients à travers un réseau de 39 agences situées dans toutes les provinces de la République kirghize.

KICB

Services financiers

Kyrgyz Investment and Credit Bank


Le Fonds Aga Khan pour le développement économique (AKFED) est l'un des fondateurs et des actionnaires majoritaires de la Kyrgyz Investment and Credit Bank (KICB), qui a été créée en 2001. En février 2021, les capitaux propres de la KICB s'élevaient à 70,5 millions de dollars, dont 17,5 millions de dollars en capital statutaire, faisant d'elle la plus importante banque capitalisée de la République kirghize. Actuellement, la KICB offre ses services à plus de 324 000 personnes avec une base de dépôts de la clientèle de 286 millions de dollars.


La banque dispose de l'un des plus grands réseaux, comptant 184 guichets automatiques et 45 agences (dans tous les oblasts du pays), et dont le siège se situe à Bichkek. La KICB emploie plus de 1 100 personnes. Elle a par ailleurs été désignée « Meilleure banque commerciale de l'année » en 2018 et 2019 par le magazine The Banker et « Meilleure banque de République kirghize » en 2015 par le magazine EUROMONEY.


Dans le sillage de son activité principale, la KICB investit dans des projets à long et moyen termes dans les principaux secteurs économiques du pays, et notamment l'agriculture, l'industrie manufacturière, la construction et l'industrie légère. Depuis sa création, la banque s'est développée sur le marché des particuliers, devenant ainsi l'une des deux premières banques commerciales du pays, avec une base de dépôts totale de 286,7 millions de dollars, et l'une des quatre premières banques du pays, avec un portefeuille de prêts brut s'élevant à 166,1 millions de dollars en février 2021.


Tout en respectant la politique des régulateurs dont le but est d'accroître la part des règlements et des transactions autres qu'en espèces, la KICB est également le deuxième actionnaire le plus important du centre national de traitement IPC (Interbank Processing Center), après la Banque Nationale de la République kirghize. De plus, elle favorise activement l'utilisation de cartes bancaires locales et internationales comme les cartes ELCARD, VISA, MasterCard et UnionPay International.


En 2021, la KICB a fait l'acquisition de la Première Société de Microfinance (FMFC). Ce rachat devrait stimuler l'inclusion financière par l’amélioration de l’accès à des produits de prêt abordables et attractifs pour le secteur des micro-entreprises et des PME. Son objectif est de combiner les meilleurs standards internationaux en microcrédit, dont ceux utilisés au sein de la FMFC, une plus grande base de financement et des chaînes d'approvisionnement numériques efficaces en vue de normaliser le déblocage de microcrédits à moindre coût au secteur des micro-entreprises et des PME.


Secteur bancaire en ligne


En février 2020, la KICB a mis à jour le porte-monnaie électronique ELSOM, qui est utilisé jusque dans les zones les plus reculées du pays. Ce porte-monnaie électronique permet à ses 500 000 utilisateurs de recevoir et d'envoyer de l'argent en République kirghize et à l'étranger, mais aussi d'ouvrir et de gérer des cartes et des comptes bancaires et de faire des dépôts d'argent. À travers le pays, plus de 100 000 agents de service proposent des services bancaires ELSOM.


Responsabilité sociale des entreprises


La KICB organise régulièrement des sessions d'introduction à la finance pour les non-initiés.


La KICB et ses partenaires ont lancé la Green Foundation (Fondation Verte) pour renforcer le caractère écologique de la République kirghize et encourager ses clients à respecter la nature et à rendre les villes toujours plus vertes pour le bien des générations futures. En 2012, le premier arbre a été planté dans le cadre du projet de la Green Foundation. La KICB et ses partenaires ont aujourd'hui planté plus de 14 000 semis, qui, dans quelques années, fourniront de l'air pur aux habitants de Bichkek.


Depuis 2006, l'AKF travaille afin de renforcer les possibilités offertes aux femmes d'exploiter de petites entreprises. Des entrepreneuses ont ainsi été formées et ont reçu du matériel afin d'accroître leur production et d'améliorer la qualité et la commercialisation de leurs cultures.

AKF KR

Monde du travail et des entreprises

Développement d'entreprises


Le Programme de soutien au développement des communautés des régions de montagne (MSDSP) est conscient que le fait de disposer de plusieurs sources de revenus aide les ménages pauvres à mieux faire face à l'incertitude.


De fait, depuis 2006, le Programme travaille afin de renforcer les possibilités offertes aux femmes d'exploiter de petites entreprises. Des entrepreneuses ont ainsi été formées et ont reçu du matériel afin d'accroître leur production et d'améliorer la qualité et la commercialisation de leurs cultures. L'artisanat, la boulangerie et l'industrie laitière font partie des domaines soutenus par le MSDSP. Au total, nous avons soutenu 131 entreprises et groupes d'entreprises, et embauché 1 100 personnes (dont 48 % de femmes). À l'avenir, le MSDSP prévoit de concentrer ses activités de développement d'entreprises non agricoles à Osh et Jalalabad, et continuera à favoriser des services financiers appropriés pour les petites entreprises.


Pour dynamiser le développement de petites entreprises et d'entreprises en croissance, la Fondation Aga Khan (AKF) et les Industrial Promotion Services (IPS) de l'AKFED ont lancé le programme Accelerate Prosperity (AP) en 2016. Le programme AP vise à encourager l'entrepreneuriat, faciliter l'adoption de modèles commerciaux innovants, former des entrepreneurs prometteurs, créer des réseaux, développer des programmes de mentorat et accélérer la croissance des entreprises. Depuis ses débuts, le programme a accéléré la croissance de 125 petites entreprises et entreprises en croissance. Sur ces 125 entreprises, neuf ont obtenu des investissements en capital d'un montant de 186 000 dollars, ce qui a mené à la création de 90 nouveaux emplois.


Le travail de demain


Pour créer des emplois décents et pertinents pour les jeunes, l'AKF axe son travail autour de trois objectifs par le biais de son Cadre du travail de demain :



  • mobiliser la demande des grands employeurs ou sous-traitants pour l'embauche de jeunes travailleurs ;

  • accompagner les entreprises créées par des jeunes et encourager les solutions professionnelles innovantes pour créer de l'emploi ; et

  • augmenter les investissements dans les compétences de demain.


Avec ces trois objectifs en tête, l'AKF a commencé à mobiliser des groupes d'employeurs au niveau national et local grâce à des programmes incitatifs commerciaux et sociaux pour former et recruter des jeunes issus de zones rurales, pauvres et marginalisées.


Le programme AP a, par exemple, aidé l'espace de co-working local Ololohaus à étendre ses activités dans le sud du pays. Ainsi, de nouveaux espaces destinés aux jeunes et propices à la création de nouvelles idées ont pu voir le jour. Les jeunes peuvent également accéder à des offres d'emploi au niveau national et international grâce à des plateformes technologiques et commerciales auxquelles ils n'ont généralement qu'un accès limité à cause de leur coût important et du manque d'infrastructures proposant ces services.


Dans les prochaines années, l'AKF compte également former 1 000 jeunes en économie numérique et 1 500 autres jeunes à des métiers de plus en plus en demande. Enfin, grâce au lancement du Cadre pour l'entrepreneuriat et les compétences professionnelles des jeunes, nous allons transmettre et renforcer des compétences de base à 450 jeunes scolarisés et non scolarisés, notamment des compétences cognitives, comportementales, adaptatives, numériques et entrepreneuriales, qui sont essentielles pour prospérer au sein d’un monde du travail en perpétuelle mutation.