L'AKF a travaillé avec M. Joma Abdoul Sylvain à l'amélioration de la qualité de ses fèves de cacao, afin de lu...

AKDN / Lucas Cuervo Moura

A Madagascar, en 2005, la Fondation Aga Khan (AKF) a mis en place un programme de développement rural dans les...

AKDN / Lucas Cuervo Moura

Mme Amina Djao Aly (à droite) fait partie des nombreux producteurs de cacao de la région Diana à recevoir un s...

AKDN / Lucas Cuervo Moura

Au nord de Sofia, dans la région Diana, l'AKF soutient les producteurs de cacao afin d'améliorer la qualité de...

AKDN / Christopher Wilton-Steer

languageSwitcherCette page est également disponible en

Madagascar | Agriculture et sécurité alimentaire

80 000

Depuis 2005, plus de 80 000 petits producteurs de riz ont augmenté leurs récoltes

Un programme pilote propose de substituer le biogaz aux combustibles de cuisson traditionnels. Le biogaz protège l'environnement de la déforestation et réduit les risques pour les familles de développer des maladies respiratoires liées à l'inhalation de la fumée de cuisson. Mme Martinique a été choisie pour ce projet car elle possède des bovins. Leur alimentation à base de fourrage « bano » engendre une importante quantité de déchets qui sont ensuite transférés dans un biodigesteur qui les fermente pour générer du biogaz. Ce biogaz est ensuite acheminé vers la cuisine par des conduits, permettant ainsi d'alimenter un cuiseur à riz et un four à gaz fournis par le programme pilote. Mme Martinique a fourni les matériaux nécessaires à l'installation (ciment, etc.) du biodigesteur et, l'AKF lui a appris comment le construire.

AKDN / Lucas Cuervo Moura

Diversifier les cultures

Alors que l'augmentation des récoltes de riz a aidé les communautés rurales à faire un pas de plus vers l'autosuffisance alimentaire, la plupart des ménages agricoles restent sans sources de revenus pendant près de la moitié de l'année, car la saison du riz ne s'étend que de novembre à avril. De plus, le régime alimentaire de ces populations, composé en majeure partie de riz, ne leur procure pas les éléments nutritionnels adaptés à une croissance correcte et à une bonne santé. Nous encourageons par conséquent les ménages à diversifier leurs cultures et leur bétail pour améliorer leurs revenus, leur sécurité alimentaire et leur nutrition.


Nos activités, qui ont vu le jour dans la région Sofia, située dans le nord-ouest du pays, se sont ensuite étendues aux régions Diana, Itasy, Analamanga et de la Sava. À titre d'exemple, nous soutenons les producteurs de cacao dans la région Diana afin d'améliorer la qualité de leurs cultures et les aider à accéder aux marchés. En plus du cacao, d'autres cultures commerciales comme celles de l'Artemisia (utilisée dans les médicaments antipaludiques) sont mises en place pour améliorer les revenus des agriculteurs.


Nous encourageons également la production laitière, l'élevage de petit bétail, la production de vanille, de cacao, de café, d'épices ainsi que de plantes médicinales et de plantes à parfum.


Garantir une bonne nutrition et la protection de l’environnement


La nutrition passe également en première ligne avec l'introduction de patates douces et de « forêts nourricières » (composées de bananiers, de jacquiers et d'arbres à pain). Non seulement ces ajouts viennent compléter le régime alimentaire à base de riz par leur valeur nutritive, mais ils améliorent aussi la diversité des cultures et la qualité des sols.


Les efforts d'amélioration de l'environnement sont complétés par la mise en place de techniques agricoles de conservation dont le but est de protéger le capital naturel et d'atténuer certains effets du changement climatique, comme des étés de plus en plus chauds et des hivers de plus en plus humides. Nous encourageons l'adoption de systèmes de riziculture novateurs, holistiques, inclusifs et respectueux de l’environnement et du climat (comme l'agroécologie, l'agroforesterie et l'intégration du bétail). Ces systèmes améliorent par la même occasion la nutrition et renforcent ainsi la diversité alimentaire et l'inclusion économique des habitants.